Plantes Vertes – Guides & Conseils d’Entretien – Déco

Calathéa (plume de paon) – Fiche de culture complète

calathea-feuilles

Avec ses feuilles spectaculaires au design très graphique, le calathéa est la plante d’intérieur facile à vivre qu’il vous faut !

Cette plante verte est du plus bel effet dans un intérieur et cela, quelle que soit la variété choisie.

Ce végétal a également une particularité qui va vous surprendre les premiers temps de votre cohabitation : une histoire de feuilles qui s’enroulent !

Nous vous invitons à faire la connaissance du calathéa.

Tableau récapitulatif

Taille :Jusqu’à 80cm
Exposition :De lumineux à mi-ombre, sans soleil direct.
Sol :Riche et drainant
Température :16-21°C
Humidité :Modérée à élevée
Entretien :Facile à cultiver (ne jamais laisser sécher la motte)
Dépolluant :Oui ! C’est une des plantes les plus purifiantes de l’air intérieur
Pet-friendly :Non-toxique pour les êtres humains et les animaux
Multiplication :Division de la touffe

L’origine du Calathéa

Le calathéa fait partie de la famille des marantacées qui est une famille de plantes monocotylédones comprenant 400 espèces réparties en 30 genres, comme les goeppertia, les marantas, les stromanthes ou les thalias .

C’est une plante verte d’intérieur originaire des zones tropicales d’Amérique du Sud.

C’est pourquoi elle apprécie particulièrement les atmosphères ombragées et humides, qui lui rappellent son milieu d’origine.

Les caractéristiques de la plante

Le design des feuilles du calathéa est véritablement à part.

C’est une véritable œuvre d’art vivante. Il est d’ailleurs appelé « plume de paon ».

Toutes sortes de motifs singuliers et géométriques se dessinent sur les feuilles des différentes sous-espèces.

Les couleurs sont également diverses et variées. Vous trouverez des feuillages au coloris vert métallique, allant d’un vert clair à un vert très soutenu agrémenté d’effets pourpres ou violacés. La face des feuilles exposée à la lumière est en général bicolore. La face cachée est parfois d’une toute autre couleur.

Des feuilles qui bougent toutes seules…

Le calathéa est porteur d’une singularité, ces feuilles bougent, elles se referment à la nuit tombée.

Mais pourquoi donc le calathéa se referme-t-il ?

Ces mouvements d’ouverture et de fermeture sont à priori un réflexe défensif. Les feuilles s’enroulent le soir pour se protéger des prédateurs nocturnes qui raffolent de leur feuille. La partie la plus fine, la plus tendre de la feuille est ainsi mise à l’abri. Les feuilles s’ouvrent à nouveau au lever du soleil.

Ainsi, ne prenez pas peur si vous êtes seul chez vous et que vous entendez un bruissement inattendu dans la pièce dans laquelle vous vous trouvez : ce n’est que le calathéa !

Une plante à fleurs

En fonction de l’espèce choisie, les bractées et les fleurs seront de différentes couleurs : rouge rose, rose, blanc, jaune ou orangé.

Si le calathéa reste en place durant l’hiver dans une pièce chauffée et à la lumière, il ne refleurira pas.

Si vous voulez à nouveau profiter de ses magnifiques fleurs, il faut le faire hiverner.

Placez-le dans une pièce moins chauffée (température comprise entre 16° et 19°) et moins lumineuse (10 heures de lumière par jour maximum). Les fleurs devraient apparaître, 3 à 4 mois après.

Calathéa (plume de paon) – Fiche de culture complète

Comment entretenir un calathéa ?

Voici quelques conseils indispensables à l’épanouissement de votre calathéa.

Une plante non-toxique

Le calathéa n’est absolument pas toxique pour l’homme, ni pour les animaux.

Il existe même plusieurs variétés qui se consomment :

  • calathea allouia (arrow root) : les rhizomes de la plante sont consommés ;
  • calathéa macrosepala et calathéa violacea : les fleurs du genre sont absorbées cuites ;

Où placer un calathéa ?

Le calathéa aime la luminosité, mais s’adapte parfaitement dans une pièce qui en est peu dotée.

Il ne faut jamais le placer devant une fenêtre (sauf s’il y a un voilage). Il n’apprécie pas le soleil direct qui pourrait brûler ses feuilles. La salle de bain, à condition de ne pas être surchauffée et d’avoir une fenêtre, est un lieu qui lui convient à merveille.

Le calathéa s’épanouit dans un intérieur avec une température comprise entre 16° et 24°.

Il ne faut pas que la température descende en dessous de 15°. Lorsque les températures sont plus élevées, il a besoin d’être vaporisé quotidiennement.

Il ne supporte pas un emplacement à proximité d’une source de chaleur, éloignez-le donc d’un radiateur ou d’un poêle à bois.

Quand arroser et fertiliser votre calathéa ?

Un arrosage tous les 2-3 jours est une bonne périodicité.

Il faut garder à l’esprit que le terreau doit toujours être légèrement humide, mais non détrempé.

En hiver, si vous chauffez peu et si l’atmosphère est plus humide, vous pouvez espacer les arrosages, mais la motte ne doit jamais être desséchée. Privilégiez de l’eau non-calcaire pour la pulvérisation des feuilles.

Les racines du calathéa n’apprécient pas de baigner dans l’eau. Il faut veiller à ne pas laisser de l’eau stagner dans la coupelle.

Un apport en engrais pour plante verte d’intérieur est obligatoire entre les mois de mars et septembre, tous les quinze jours. Les arrosages ont en effet tendance à entraîner les éléments nutritifs vers le bas du pot, ils finissent par être éliminés.

Afin de ne pas brûler les racines, il est indispensable d’avoir arrosé le calathéa 24 à 48 h avant l’apport en engrais organique dilué dans l’eau d’arrosage (ne jamais utiliser de l’engrais pur).

Quand rempoter et changer le substrat (sol) ?

Une plante est vouée à se développer, il faut donc penser à la changer de pot.

Le rempotage est à réaliser idéalement au début du printemps, tous les 2 à 3 ans.

Il est bon de privilégier du terreau de qualité prévu pour la plantation ou le rempotage des plantes d’intérieur.

Nous vous déconseillons d’utiliser de la terre de votre jardin, elle ne serait pas assez riche. Les terreaux sont quant à eux, enrichis en éléments nutritifs et oligo-éléments. N’hésitez pas à demander conseil auprès d’un conseiller en jardinerie.

Il faut toujours choisir un pot d’un diamètre plus grand.

Il est important de prévoir une couche de billes d’argile expansée que vous placerez au fond du pot, sur 1 à 3 cm. Cette couche drainante évite que l’eau ne stagne et endommage les racines. 

Il est possible qu’il y ait des racines desséchées. Il est important de les couper avec un sécateur bien tranchant. Une coupe nette est importante pour favoriser la cicatrisation. Penser également à désinfecter votre sécateur avant de l’utiliser à nouveau, sur une autre plante. Cela évite la transmission de maladie, pour ce faire, vous pouvez utiliser un coton imbibé d’alcool à 70° ou 90°.

Lors du rempotage, il faut toujours placer la motte au centre du pot, et procéder ensuite au remplissage avec le terreau, puis tassez légèrement et arrosez.

Les maladies et les autres soucis du calathéa

Au cours de la vie de votre calathéa, vous pouvez constater quelques anomalies au niveau du feuillage. Celles-ci doivent vous alerter.

Nous vous indiquons les origines possibles des symptômes les plus courants.

Ses feuilles s’enroulent

Il peut arriver au cours de la journée que les feuilles de votre calathéa s’enroulent. Cela annonce que la calathéa a soif. Touchez la motte, si elle est sèche, c’est qu’il est grand temps de l’arroser.

Ses feuilles jaunissent

Cette anomalie peut indiquer une attaque d’araignées rouges.

Vous ne les verrez pas, elles sont invisibles à l’œil nu. Mais quelques symptômes sont évocateurs : de minuscules trous dans les feuilles et lorsque vous pulvérisez de l’eau, des petites toiles d’araignées peuvent apparaître.

Ses feuilles tombent

Les feuilles qui n’ont plus aucune tenue indiquent que le calathéa a été trop arrosé.

S’il y a de l’eau dans la soucoupe, il faut la vider.

Ses feuilles sèchent

Ceci est très souvent lié à un manque d’eau et d’humidité ou à une exposition à la chaleur ou au soleil.

Si vous remarquez un début de dessèchement au niveau de la pointe d’une feuille : un seul mot d’ordre, à votre pulvérisateur, idéalement rempli d’eau de pluie !

Pas de panique, les couper favorise la croissance des nouvelles !

Comment bouturer / diviser un calathéa ?

Si votre calathéa est volumineux, il est possible de le multiplier par division de la souche.

Pour ce faire, il faut couper la souche en deux, avec un couteau bien tranchant. Il faut éviter de faire des petits morceaux, le résultat serait disgracieux.

Ôtez les rhizomes abîmés par cette action, et rempotez comme énoncé ci-dessus.

Les plus belles variétés de calathéa

Le choix est large, mais voici ma sélection du moment :

  • Calathéa crocata : l’espèce aux bractées orangées
  • Calathéa makoyana : joli feuillage rond et tacheté
  • calathéa rufibarba : feuillage ondulé vert velouté sur le dessus, pourpre violacé au-dessous
  • Calathéa zebrina : très belles feuilles zébrées, d’un sublime vert clair.

Où acheter votre (atypique) plant de calathéa ?

Vous trouverez de magnifiques calathéas dans toutes les bonnes jardineries et chez tous les fleuristes, sur le web ou localement.

Et si vous êtes attiré par une variété particulière, n’hésitez pas à leur demander, ils doivent pouvoir vous le trouver !

Vous savez désormais comment réussir l’entretien de votre calathéa

Si vous appliquez les quelques conseils que l’on vient de vous énoncer, nul doute que votre calathéa embellisse votre intérieur pendant très longtemps !

Et en plus de joindre l’utile à l’agréable, le calathéa est dépolluant.

Pourquoi donc s’en priver ?

Vous avez des questions ou des informations à nous partager sur la culture du calathéa, faites-en nous part !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *